Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 17:09
Je regrette d’avoir quitté l’Éducation nationale. Pétri d’ambition, avec mes airs de faux cul, j’aurais sans douté réussi à passer le concours d’inspecteur. Et, qui sait, un courant ascendant m’aurait peut-être propulsé dans le saint des saints de l’éducastreur : rue de Grenelle, en compagnie de gens qui ont appris à péter sans bouger un sourcil.

Prenez le ministre actuel, par exemple. Oui, Robien, Gilles de pour les intimes… Je me souviens de lui comme ministre des transports… amoureux ? Amoureux des grosses cylindrées, en tout cas, vu qu’il avait été épinglé par ses propres radars à plus de 150, enfin c’était pas moi mon chauffeur mais promis je recommencerai plus.

Pourtant il vient encore de faire péter le compteur, et cela ne me le rend que plus sympathique. J’apprends par le Canard Enchaîné (si vous ne le lisez ni le Canard ni Politis vaudrait mieux zapper, ciao) que le service médical de la Direction des personnels, de la modernisation et de l’administration (ouf), rue de Grenelle donc, vient de distribuer aux agents un fascicule intitulé « Les bons gestes de tous les jours ». Le ministre s’inquiète du mal au dos, une pandémie qui frappe aveuglément tous les fonctionnaires, ces « moules qui s’accrochent au rocher » comme les a désignés un autre génial ministre le 12 mai. On y apprend comment bien se tenir pour repasser, faire le ménage ou descendre la poubelle (bon, je passe, je suis marié et j’habite au rez-de-chaussée), mais surtout on y découvre les arcanes de la brouette médicalement correcte. Pour les grincheux qui ne lisent pas les Vingtenaires, la brouette® est LE moyen de transport du 21e siècle ! Voyez plutôt :


Ah que je regrette l’Éducation nationale… Les femmes y ont de si jolies jambes fines qu’elles posent délicatement sur deux coussins soyeux afin d’être mieux pénétrées, encore plus fort, encore plus profond, prends ton temps mon chéri je n’ai plus de copies à corriger. Et lui, et moi, appuyé sur ses avant-bras, joue contre joue, le regard perdu dans celui de la jeune stagiaire en extase, mais oui tu l’auras ton CAPES, ton cas pète, ah je jouis, elle a failli jouir, merci Gilles de !

Bon, je ne voudrais pas passer pour raciste, mais on peut se faire très mal au dos avec une blonde. Regardez le mec à gauche. D’accord lui aussi il est blond, ce qui n’arrange pas son cas, mais trop nul il sait pas tenir une brouette ce naze ! Je repense à ma prof de math en 3e, une Irène de beauté fraîchement débarquée de Pologne, cheveux de Lorelei et petits seins gonflés à bloc sous sa blouse blanche. Qu’est-ce qu’elle a dû faire comme ravages dans le corps en saignant… Je rêvais avec elle d’une intégrale sans conditions aux limites.

Quoi, le missionnaire ? La levrette ? Kézaco ? Menfin, laissez nos fonctionnaires pratiquer d’abord la technique de base, le chasse-neige quoi, ils vont pas se lancer en hors-piste !

Il y de cela bien longtemps, mes chers enfants, rheu rheu, un jeune médecin généraliste se faisait épingler à distribuer à la sortie des lycées un tract dont le titre annonçait la couleur : « Apprenons à faire l’amour, car c’est la voie du bonheur ». Une autre manière d’enseigner les bons gestes de tous les jours, non madame ça ne rend pas sourd. Jean Carpentier — car c’était lui le bougre, stupéfiant, non ? —, avait été radié par l’Ordre des médecins. Doux Jésus, la France venait d’échapper au pire. Mais voyez comme les mœurs ont évolué, comme le monde a changé : maintenant c’est le ministre qui prend soin de notre bonheur.

Quoi Ségolène ? :-(
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 13:10
Mes bien chers frères et vos tendres et jolies petites sœurs,

En ce jour d’Ascension je vais vous raconter l’histoire véritable de Celui qui est resté 2000 ans cloué par la bêtise ambiante. En l’an 0, déjà, une partie des habitants de la terre sainte passaient une partie de leur temps à lire des textes sacrés et le reste à se foutre sur la gueule. Les femmes, qui n’avaient pas encore d’âme, ne faisaient pas de politique. Elles n’apprenaient pas à lire et se contentaient d’attendre l’ange Gabriel.

Un barbu déjanté traînait de ville en ville avec une douzaine de SDF qui prenaient tout ce qu’il disait pour parole d’évangile. Ces types ont cru que le mot d’ordre « aimez-vous les uns les autres » venait de la Gay pride. Les « uns » étant forcément des hommes, par obligation grammaticale, il pouvait y avoir quelques femmes parmi les autres mais elles restaient en minorité. Et puis Dieu avait oublié de préciser que les « autres » devraient aussi aimer les « uns ». Bref, c’était l’ambiance, car toute femme osant déclarer aimer les uns (de quoi je me mêle) risquait la lapidation. Certes, le chef des SDF, aidé par Mme de Fontenay, avait bien réussi à alerter Amnesty pour sauver Marie-Madeleine, mais les « autres » étaient toujours aussi mal barrées et le sont encore malgré la pro-fessie de Martin Scorsese.

Dieu se grattait la tête de désespoir en contemplant du haut de son nuage la carrière politique d’un Fils qui avait commencé sur la paille et fini sur les planches — juste à l’opposé de celle d’un intermittent du spectacle. Voyant qu’il n’arrêtait pas ses conneries même après avoir été ressucité, il le prit par le col pour l’arracher à une foule en délire, quitte à rendre toute cette histoire invraisemblable.

Dieu se prend parfois pour Jacques Séguéla : Il décréta que cette histoire avait foiré à cause de la com’. Profitant du week-end de Pentecôte (qui était encore férié) il fit coacher les anciens potes du malheureux candidat. Mais le matériel publicitaire n’a pas suivi : ils ont mis près d’un siècle pour rédiger 4 bouquins sur le même sujet, tellement leurs cahiers à spirale étaient truffés de fautes.

Quant à Marie, elle prit l’ascenseur en plein mois d’août pour échapper à la canicule, espérant renouveler le coup avec l’ange Gabriel bien qu’il n’ait même pas réglé sa pension alimentaire.
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
20 avril 2006 4 20 /04 /avril /2006 14:04
La nuit dernière j’ai rêvé que j’étais enceint. Oui c’est ça, en-ceint. 5 ? Nan, sixième mois ma p’tite dame ! Le père ? Euh, oui, c’est moi sans doute… Ou peut-être un autre coup tordu du sodomite patenté ? Doux Jésus.

Peu importe, les femmes me regardent avec envie tandis que leurs hommes me glissent à l’oreille : « Mais toi, tu n’as pas peur ? » Euh non : puisque les questions d’ADN et autres zygotes ont été réglées, tout ce qui touche à la tuyauterie et l’anatomie devrait trouver sa solution.

La seule pensée que bientôt je ferai goûter mon lait à des amantes ivres de sensations nouvelles me provoque une voluptueuse contraction du périnée et de la musculature lisse de la prostate. La voie lactée, le retour ?

-> Cliquez sur la photo pour visiter une magnifique galerie.

Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 13:43
Puisque vous aimez tout ce qui bouge, régalez-vous avec le diaporama PowerPoint que j’ai reçu aujourd’hui… (Accessible aux âmes sensibles)

Étonnant, n’est-il pas ? ;-)
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 14:23

(Auteur inconnu)

Une mère rentre dans la chambre de sa fille qu’elle trouve vide. Sur le lit, une lettre qu’elle ouvre avec angoisse :

Maman chérie,

Je suis désolée de devoir te dire que j’ai quitté la maison pour aller vivre avec mon copain. Il est l’amour de ma vie. Tu devrais le voir, il est tellement mignon avec tous ses tatoos, son piercing et sa super moto.

Mais ce n’est pas tout, ma petite maman chérie. Je suis enfin enceinte et Abdoul dit que nous aurons une vie superbe dans sa caravane en plein milieu des bois. Il veut beaucoup d’enfants avec moi, c’est mon rêve aussi. Je me suis enfin rendue compte que la marijuana est bonne pour la santé et soulage les maux. Nous allons en cultiver et en donner à nos copains lorsqu’ils seront à court d’héroïne et de cocaïne, pour qu’ils ne souffrent pas.

Entretemps, j’espère que la science trouvera un remède contre le sida pour qu’Abdoul aille mieux. Il le mérite vraiment tu sais.

Ne te fais pas de souci pour moi maman, j’ai déjà 13 ans, je peux faire attention à moi toute seule et, le peu d’expérience qui me manque, Abdoul peut le compenser avec ses 44 ans.

J’espère pouvoir te rendre visite très bientôt pour que tu puisses faire la connaissance de tes petits enfants. Mais d’abord je vais avec Abdoul chez ses parents en caravane pour que nous puissions nous marier. Comme ça ce sera plus facile pour son permis de séjour.

Ta fille qui t’aime.

PS : Je te raconte des idioties maman, je suis chez les voisins ! Je voulais juste te dire qu’il y a des choses bien pire dans la vie que le bulletin scolaire que tu trouveras sur ta table de nuit. Je t’aime.
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 16:28

Image printanière de ce blog sur les moteurs de recherche :

10 la mouche sa respiration
6 contes érotiques
5 tony takitani
3 pipe + fouet
3 je suis une adolescente est je n’arrive pas à prendre mon extase
3 caresses intimes hopital
3 elles se cambrent
2 gnossiennes
2 sculptures de vestales
2 les fesses des enceintes
2 les points faibles pour faire jouir une femme en quelques minutes en ligne
2 histoire de mère massant les couilles de son fils dans la salle de bain
2 initiation sexuel de ma nièce
2 douce fellation
2 tantra over-blog
2 histoire érotique entre cousin et cousine
2 moteur yahoo déception amoureuse
2 patricia nue blog
2 pubis serré
2 kate se masse les seins
2 histoire de fils caressant les hanches de sa mère
2 secrets gratuite des tours avec le fil invisible
2 caresses pubis
2 la respiration de la mouche
2 cavalière en chaleur
2 amour bucal osé
2 suédoises en rut
2 photos de devadasi
1 elle a de petits seins blog images
1 mère fils décalotte érection
1 dentiste exhibitionniste
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 14:08
(Traduction française plus bas)

In a dream last night, I was sitting with a group of young people in the Grand Voyageur waiting room. Nina, a tall blonde in a black fur coat, was proudly showing us the first volume of a series titled « Les vingtenaires blog ». Though she had reworked the content to make it compliant with the guidelines of their sponsors — notably explicit mentions of the trademarks, prices and quantities of shoes and drinks — it looked the same as their popular blog: quadrichromy, pictures, table of contents on the side, comments etc. To be fair, they had borrowed the stylesheet of another website to facilitate access to eyesight-challenged readers.

The book is a hit because of its exotic flavour. It sells even better than Mu Zimei’s “sex journal” because the average male American reader is kept craving for a graphic sex story at the next page, next chapter… next volume? —do you expect less from the French élite racaille?— but it never comes. Behavioralist psychologists, therefore, started prescribing it to quick ejaculators. It worked terrific and it opened a new market of side products. The “Nina saved me from being quick” t-shirt was a big return on investment. UCLA adapted its offer to the new demand working out new curricula in psychology and social anthropology dealing with vingtenaire philosophy, lifestyles, achievements and expectations, stress disorders, clinical status and potential impact on global economy.

Religious groups traditionaly targeting teenagers changed their strategy to get their share of the market. They first raised voices against the immoral sponsorship of this publication. President G.W. Bush made an official statement supporting this claim, with the effect of boosting sales of the book as it could not be censored. The press launched an inquiry which led to the evidence that these religious leaders had more vested interests in the agitation than in the moral cause they claimed to fight, since they had become shareholders of the Chinese company producing the Nina t-shirts.

Once the storm was over (partly thanks to brilliant articles by Ted Glasser) Nina B. was appointed by a successful magazine to direct a team publishing society papers dedicated to western European youths. Standing against his wife Theresa’s will, J. Kerry hired Gauthier for his next presidential campaign, as he believes in the Frenchman’s ability to motivate a gay crowd of Christian voters.

PS. Search engine spiders, please crush the following :

— The fairy tale of a jobless vingtenaire
— Drink and write is better than drink and drive
— Acting depression to become a web star
— The art of la brouette in Paris
— American top models having sex with French political scientists
— Old French academics launched the vingtenaire fashion in the USA
— Jesus Christ likes sodomy

Traduction

Dans mon rêve d’hier soir, j’étais assis au salon Grands Voyageurs avec un groupe de jeunes gens. Nina, grande bonde vêtue d’un manteau de fourrure noir, nous présentait avec fierté le premier volume de la série (en anglais) « Les vingtenaires blog ». Bien qu’elle ait adapté le contenu en respectant le contrat des sponsors — il fallait notamment préciser les marques, prix et quantités des boissons et des chaussures — tout le reste ressemblait à leur fameux blog : quadrichromie, images, table des matières sur le côté, commentaires, etc. Il est vrai toutefois qu’ils avaient emprunté la feuille de styles d’un autre site pour le rendre plus accessible aux malvoyants.

Le bouquin fait un tabac en raison de son exotisme. Il se vent même mieux que le « journal sexuel » de Mu Zimei, car il laisse le lecteur mâle américain moyen dans l’attente de la scène de cul explicite à la prochaine page, prochain chapitre… prochain volume ? — est-ce qu’on attendrait moins de ces Français racaille d’élite ? — mais rien à faire, ça ne vient pas. Les psychologues comportementalistes en ont donc profité pour inscrire le bouquin sur leurs ordonnances aux éjaculateurs précoces. Ça a marché terrible et ça a ouvert un nouveau marché de produits dérivés. À lui seul, le t-shirt « Je gicle moins vite grâce à Nina » a permis d’amortir une bonne partie des coïts de production. L’Université de Los Angeles a adapté l’offre à la demande en créant de nouveaux cursus en psychologie et en anthropologie sociale, où l’on peut tout apprendre de la philosophie (French) vingtenaire : modes de vie, réalisations et attentes, troubles du stress, statut clinique et impact potentiel sur l’économie globale.

Des mouvements religieux qui jusqu’ici ciblaient plutôt les teenagers ont changé de stratégie pour conquérir leur part de marché. Ils ont commencé par protester avec véhémence contre l’immoralité de cette publication. Le président G.W. Bush leur a même publiquement accordé son soutien, ce qui a eu pour effet de booster les ventes du bouquin faute de pouvoir le censurer. La presse s’en est mêlée avec une enquête qui a révélé que les leaders religieux tiraient plus profit de l’agitation que l’ordre moral qu’ils cherchaient à rétablir, vu qu’ils étaient devenus actionnaires des entreprises chinoises où les t-shirts Nina étaient manufacturés.

Une fois l’orage passé (en partie grâce aux interventions du brillant professeur Ted Glasser), Nina B. a été engagée par un magazine à succès où elle dirige une équipe chargée de sujets de société spécifiques aux jeunes Européens de l’ouest. Contre l’avis de son épouse Theresa, John Kerry a engagé Gauthier pour sa prochaine campagne présidentielle, persuadé que le Français pourrait mobiliser efficacement l’électorat homosexuel catho.

PS. Pour les moteurs de recherche, prière d’engranger les formules suivantes :

— Le conte de fées d’une chômeuse vingtenaire
— Mieux vaut picoler et écrire que picoler et conduire
— Comment devenir une star du web en se faisant passer pour dépressive
— La brouette parisienne : théorie et pratique
— Des top models américains se tapent des étudiants de Sciences Po
— Un vieil universitaire français lance la mode des vingtenaires aux USA [et devient milliardaire]
— Jésus Christ aime la sodomie
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
15 février 2006 3 15 /02 /février /2006 23:37

Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 14:22
Une scène d’étudiants de l’Université de Cambridge en train de s’entraîner à l’aviron, sur un documentaire d’Arte diffusé hier, m’a remis en mémoire une fine blague de John.
Un prof de Cambridge reçoit en visite un collègue d’Oxford, l’université concurrente. C’est un dimanche d’été, il fait très chaud, comme parfois en Angleterre.
— Mon cher collègue, puis-je suggérer que nous allions au bord de la rivière Cam pour nous réjouir d’une petite baignade ?
— Well, cher collègue, je crains de dire que je suis dans l’embarras parce que je n’ai pas apporté de bathing suit
— Never mind, my dear, c’est un accessoire totalement inutile ici, puisque les berges sont toujours dans le vide ! [La contrepèterie est un pur incident de traduction.]
— Alors, si vous le dites, devrions-nous essayer ?
Voilà nos deux distingués personnages en train de faire trempette des chevilles dans les eaux du fleuve, quand, soudain, apparaît à l’horizon un bateau rempli d’étudiantes en train de ramer vigoureusement vers leur plage. Gosh ! Le prof de Cambridge masque immédiatement de ses deux mains son embarrassment et les parties susceptibles de l’augmenter. Il jette un regard apeuré à son collègue et s’aperçoit, à sa grande surprise, que l’Oxfordien s’est couvert le visage… Le bateau passe devant eux dans une pouffée de rires. Le danger écarté, le professeur ne peut résister à l’envie d’apostropher son collègue :
— Er, I say, je suis choqué que vous n’ayez pas ôté de la vue de ces jeunes filles ce que décemment il convenait de cacher…
— Apprenez, cher collègue, que dans la prestigieuse Université où j’ai le privilège d’exercer, they recognise people by their faces ! (on reconnaît les gens à leur visage)
En visite à l’Université d’Edimbourg, j’ai raconté cette histoire alors que nous en étions aux ethnic jokes d’une fin de repas bien arrosé. Tout le monde a ri, sauf un homme, prof à Cambridge (UK)…
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article
12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 23:49
Tous mes amis italiens vivant à l’étranger rient au larmes de ce texte…  Les autres me pardonneront !

The Italian who went to Malta

One day ima gonna Malta to bigga hotel. Inna morning I go down to eat breakfast. I tella waitress I wanna two pissis toast. She brings me only one piss. I tella her I want two piss. She say go to the toilet. I say you no understand, I wanna two piss onna my plate. She say you better no piss onna plate, you sonna ma bitch. I don't even know the lady and she call me sonna ma bitch.

Later I go to eat at the bigga restaurant. The waitress brings me a spoon and knife but no fock. I tella her I wanna fock. She tell me everyone wanna fock. I tell her you no understand, I wanna fock onna table. She say you better not fock onna table, you sonna ma bitch.

So I go back to my room inna hotel and there is no shits onna my bed. Call the manager and tella him I wanna shit. He tell me to go to toilet. I say you no understand. I wanna shit on my bed. He say you better not shit onna bed, you sonna ma bitch.

I go to the checkout and the man at the desk say: "Peace on you!" I say piss on you too, you sonna ma bitch, I gonna back to Italy.
Repost 0
Published by Julien Lem - dans Humour
commenter cet article

Ce Blog

  • : Fils invisibles
  • Fils invisibles
  • : Un loup gris partage les émotions, intuitions et désirs au fil de ses « voyages » d'amitié amoureuse.
  • Contact

Fonds De Tiroirs