Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 22:01
nude.jpgDans mon rêve de cette nuit, elle était debout au sommet de la rue, face à une foule indifférente. Moi légèrement en retrait. J’ai fait glisser la chemise de ses épaules. La peau de son buste est apparue comme lumineuse. Je sentais son plaisir : pas celui d’être belle et de s’exposer nue, mais d’avoir célébré la vie dans son corps (avec cet homme). Un homme entre parenthèses, car je reste dans l’ombre ; pas celui qui la prend, mais un possédé sous l’emprise de son toucher. Je venais de lire :
Elle apprit tant de choses au cours de cette brève nuit d'été. Elle s'était imaginé qu'une femme en mourrait de honte. Et ce fut la honte qui mourut. La honte, c'est-à-dire la peur : cette profonde honte organique, cette très ancienne peur physique tapie dans les racines de notre corps, et que seul peut évacuer le feu de la sensualité. (D.H. Lawrence, L’amant de Lady Chatterley. Livre de Poche, 1991, p. 315)

[Suite]

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien Lem - dans Lire de bas en haut
commenter cet article

commentaires

Ce Blog

  • : Fils invisibles
  • Fils invisibles
  • : Un loup gris partage les émotions, intuitions et désirs au fil de ses « voyages » d'amitié amoureuse.
  • Contact

Fonds De Tiroirs